Les déchets putrescibles

Les déchets putrescibles

Déchets putrescibles : Définition

Les déchets putrescibles sont des déchets fermentescibles qui ont la particularité de se dégrader spontanément sans qu’il soit nécessaire de provoquer cette décomposition. Cette capacité intrinsèque de se décomposer rapidement fait appel à l’action de micro-organismes. Les déchets putrescibles sont composés notamment des résidus alimentaires issus des préparations en cuisine et des restes de repas. Tous les déchets fermentescibles ne sont pas nécessairement putrescibles.

Les différents types de déchets putrescibles

Les déchets putrescibles sont des biodéchets pouvant être d’origine animale ou végétale. Les déchets putrescibles d’origine animale sont composés de restes alimentaires tels que le poisson, la viande, les coquilles d’œuf, le lait, le fromage… Les résidus provenant des abattoirs sont également considérés comme des déchets putrescibles.

Les déchets putrescibles d’origine végétale sont constitués d’épluchures de fruits ou de légumes, de riz, de pâtes ou de pain… Certains résidus végétaux tels que les feuilles mortes, sont également des déchets putrescibles.

L’impact environnemental

Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe), le volume des déchets putrescibles en France représente près de la moitié du volume de nos ordures ménagères, ce qui correspond à 8,5 millions de tonnes de déchets putrescibles par an.

Lorsqu’ils ne sont pas recyclés, les déchets putrescibles d’origine alimentaire ont un impact direct très négatif sur l’environnement en raison de l’empreinte carbone liée aux procédés de collecte et d’élimination. En effet, ces biodéchets étant composés essentiellement d’eau, leur transport devient une charge importante à l’origine des émissions de gaz à effet de serre (CO2) participant au réchauffement planétaire et à la pollution de l’air.

De plus, lorsqu’ils sont massivement jetés dans nos poubelles, les déchets putrescibles font l’objet de procédés d’élimination nocifs pour l’environnement (incinération ou enfouissement). Ces procédés, utilisés pendant des décennies dans le cadre d’une « économie linéaire » (produire, consommer, jeter), sont non seulement très coûteux, mais sont également responsables de la pollution de l’air ou de la contamination des sols et des nappes phréatiques.

Pourtant, ces déchets putrescibles sont recyclables et peuvent être facilement valorisés en compost ou en biogaz (méthane). Pour les gros producteurs, la valorisation est d’ailleurs obligatoire à partir d’une certaine quantité.

Le traitement sur site des déchets putrescibles

• Les procédés de traitement sur site des déchets putrescibles

Depuis le 1er janvier 2016, les producteurs de déchets putrescibles alimentaires qui dépassent le seuil de 10 tonnes par an, sont dans l’obligation de les trier et de les valoriser. Les 2 filières autorisées par la loi sont le compostage ou la méthanisation (biogaz), qui sont tous deux réalisés dans des unités industrielles spécialisées bénéficiant d’un agrément sanitaire.

Chaque entreprise est libre de choisir le procédé qui lui convient pour la gestion de ses biodéchets et leur valorisation, mais elle engage toutefois sa responsabilité en cas de non conformité à la loi.

Actuellement, il existe plusieurs procédés permettant de traiter les biodéchets sur site, mais ils ne sont pas tous réglementaires.

Le compostage sur site est un procédé difficile à mettre en place. Il nécessite une formation du personnel, une installation particulière et des normes strictes à respecter. Ce type de traitement sur site ne peut se faire sans agrément sanitaire que s’il est réservé aux petites quantités, et sous la condition que le compost soit utilisé sur des espaces verts privés ne recevant pas du public. Le compostage sur site comporte un risque car le producteur est le seul responsable en cas d’accident sanitaire.

Le bio-digesteur est un mécanisme qui permet de transformer les déchets putrescibles à l’aide de micro-organismes en une matière liquide. Seulement la loi interdit l’évacuation de ce liquide dans le réseau des eaux usées. Ce procédé est donc à proscrire.

Le broyeur consiste à réduire les restes alimentaires en fragments. Cette solution est interdite en France et en Europe, les stations d’épuration n’étant pas conçues pour récupérer la matière organique.

L’éco-digesteur est une technologie qui associe le séchage de la matière et l’ajout de micro-organismes. L’eau récupérée par l’éco-digesteur est considérée comme un biodéchet de catégorie SPAn C3 et doit donc être collectée dans des bacs. Ce procédé ne réduit donc pas le volume à collecter.

Le bio-tank est un procédé qui permet de transformer les résidus alimentaires en une « soupe » qui est stockée dans des cuves étanches. Un camion citerne collecte ensuite cette « soupe » pour l’acheminer vers les unités de valorisation. Mais attention, cette technique ne réduit pas le poids de vos biodéchets, et peut même l’augmenter, car dans certains cas, ce procédé y ajoute une grande quantité d’eau.

• La déshydratation thermique, la solution à adopter

La déshydratation thermique permet de transformer vos résidus alimentaires en une poudre fine et inodore ne représentant plus que 10 % à 30 % du volume initial de vos déchets. Cette poudre sera ensuite collectée pour être valorisée en compost ou en biogaz, comme la loi l’exige. Peu encombrante et facile à stocker, cette poudre ne nécessite qu’une seule collecte pour toute une semaine, voire plus.

Le déshydrateur thermique ECO-GREEN est le seul procédé qui vous permet réellement de réduire le poids de vos biodéchets jusqu’à 90 %. En effet, étant totalement hygiénique et sans micro-organismes, l’eau issue de ce traitement peut être directement évacuée dans les eaux usées, contrairement aux autres solutions présentes sur le marché.

Dès sont installation, la solution ECO-GREEN vous permettra de réaliser d’importantes économies dans vos coûts de collecte et de stockage. Cette solution vous permet également d’être en conformité avec la loi et d’éviter ainsi de lourdes sanctions pénales qui peuvent aller jusqu’à 2 ans de prison et une amende de 70.000 €. 

Notre déshydrateur thermique est une technologie innovante qui deviendra rapidement votre meilleur allié pour la gestion autonome de vos déches putrescibles.

De plus, le sécheur ECO-GREEN ne nécessite aucune installation particulière, vous n’aurez besoin que d’une prise de courant et d’une évacuation d’eau.

Avec ce procédé, vous n’aurez plus de soucis liés au stockage de vos ordures qui peuvent rapidement devenir une source de nuisances olfactives et visuelles et qui sont porteurs de germes pathogènes.

En optant pour le déshydrateur ECO-GREEN, vos déchets putrescibles ne seront plus une contrainte mais une véritable opportunité de créer une nouvelle matière première valorisable et recyclable.