Les déchets alimentaires

Les déchets alimentaires

Déchets alimentaires : Définition

Les déchets alimentaires sont des résidus d’origine animale ou végétale issus de la préparation ou de la consommation des aliments. Les déchets alimentaires sont donc considérés comme des biodéchets.

Comment sont produits les déchets alimentaires ?

• Production des déchets alimentaires 

Les déchets alimentaires sont produits par les ménages, mais également les restaurants, hôtels, hôpitaux, cantines ou tout autre établissement de préparation ou de service des repas (les résidus de la préparation et des restes de repas).

Ils peuvent également provenir des produits invendus ou périmés dans les entreprises de distribution. L’industrie agro-alimentaire, les coopératives ou les maraichers, représentent eux aussi d’importants producteurs de déchets alimentaires.

Les déchets alimentaires peuvent être crus ou cuits, sous la forme liquide, solide ou pâteuse. Ils sont non consommables et sont composés d’épluchures de fruits ou de légumes, de coquilles d’œufs, de pain, de restes de viandes ou de poissons… Les fruits et légumes trop mûrs ou abîmés sont également des déchets alimentaires.

• Déchets alimentaires et gaspillage 

Certains déchets alimentaires peuvent aussi être consommables et sont le résultat du gaspillage alimentaire, issus de produits jetés avant d’être périmés. D’après une étude de l’ADEME, en France, chaque année, 10 millions de tonnes de nourriture consommable est jetée dans nos poubelles. Le gaspillage se fait dès la production en passant par la consommation, le stockage, ou la distribution. C’est donc un fléau aussi bien sur le plan environnemental, économique et social.

Le traitement des déchets alimentaires

Les déchets alimentaires, lorsqu’ils ne sont pas triés et valorisés, sont jetés massivement dans les poubelles et font l’objet de procédés d’élimination nuisibles pour l’environnement.

Enfouissement :

L’enfouissement consiste à stocker les détritus dans le sol, ou en décharge. Ce traitement présente des inconvénients de taille, aussi bien au niveau économique qu’au niveau de l’environnement. En effet, le transport de ces biodéchets est non seulement coûteux, mais il représente également un impact carbone important en raison de l’émission de CO2 liée au carburant consommé. La décomposition de la matière organique provoque une émanation supplémentaire de gaz à effet de serre (méthane), ainsi que la pollution des sols et des nappes phréatiques par la production de lixiviats.

Incinération :

L’incinération consiste à bruler les déchets. Les inconvénients de l’incinération sont nombreux. En plus du transport nécessaire à l’acheminement des biodéchets, l’incinération participe massivement à la pollution atmosphérique par l’émission de gaz carbonique et de dioxines. Et ceci, sans parler des dépenses énergétiques que nécessite ce procédé.

Tri et valorisation :

En revanche, lorsque les déchets alimentaires sont triés, ils peuvent être valorisés en engrais fertilisant pour les terres agricoles ou en une source d’énergie. La valorisation des déchets alimentaires est la pierre angulaire de « l’économie circulaire », basée sur le retour à la terre. Aujourd’hui, tous les professionnels qui produisent plus de 10 tonnes de biodéchets par an, ont l’obligation de les trier et de les valoriser (loi Grenelle 2). La réglementation prévoit 2 filières autorisées pour le recyclage des déchets alimentaires :

  • Le compostage est un traitement biologique réalisé par des unités spécialisées ayant reçu un agrément sanitaire. Durant le compostage, les résidus sont dégradés dans des conditions contrôlées en présence d’oxygène (aérobie) et d’humidité. Ils sont alors transformés en éléments nutritifs qui serviront de fertilisants.
  • La méthanisationest le traitement qui consiste à récupérer le méthane dégagé par des bactéries spécialisées lors de la dégradation de la matière organique, en l’absence d’oxygène (anaérobie) et de lumière. Ce traitement permet de valoriser les déchets alimentaires en biogaz.

Quelle solution adopter ?

Pour permettre aux professionnels d’être en conformité avec la réglementation, ECO-GREEN vous propose une solution adaptée et économique : la déshydratation thermique. Ce procédé innovant vous permet de réduire le poids de vos déchets alimentaires jusqu’à 90 % et de réaliser par conséquent d’importantes économies sur vos coûts de collecte et de stockage.

En effet, vos déchets alimentaires sont composés de 80 % à 90 % d’eau, que notre déshydrateur thermique va retirer pour vous éviter des dépenses de transport coûteuses et inutiles. La réduction de vos déchets permet également de baisser le niveau des taxes que vous payez, voire de les supprimer dans certains cas.

Notre matériel transforme vos biodéchets en poudre inodore qui peut être valorisée en compost ou en méthanisation. Ce procédé vous permet de vous inscrire dans une démarche environnementale éco-responsable en favorisant le retour à la terre.

Peu encombrant, notre déshydrateur est rapide à installer et facile à utiliser. Il vous permet de gérer vos biodéchets sur site en toute autonomie.

ECO-GREEN vous accompagne dans la mise en place de votre système autonome de gestion des biodéchets et dans la formation de votre personnel. Nos équipes techniques sont à votre disposition pour assurer la maintenance du matériel sur toute la France.